Notre Grand Concert d’hiver du 30 janvier 2021 ayant été annulé en raison de la crise sanitaire, nous avons décidé de créer une vidéo mosaïque. Chaque musicien s’est enregistré chez lui, puis nous avons rassemblé tous ces enregistrements pour en faire un montage vidéo.

L’objectif était triple : garder le contact avec le public, garder le contact avec les musiciens, donner un but aux musiciens pour qu’ils aient envie de répéter.

La mise en ligne d’une œuvre virtuelle nous permet en effet de toucher notre public et même une audience plus large, de créer et de maintenir du lien et aussi de montrer notre capacité d’innovation.

La majorité des musiciens a donc adhéré au projet et au morceau choisi par Jean Martin Meyer, le directeur musical de cette formation. Certains n’ont pas pu participer pour raison de santé, d’autres par manque de temps ou de matériel. Mais globalement on peut dire que c’est un exercice qui plaît et qui permet d’avoir un souvenir, à défaut de pouvoir jouer ensemble.

Le directeur musical a choisi un medley du groupe ABBA : Mamma Mia – The Musical arrangé par Peter Kleine Schaars, un compositeur et arrangeur hollandais.

Son choix s’est porté sur cette œuvre car elle avait été prévue au programme du concert annulé et parce qu’elle avait pu être un peu répétée lors des rares répétitions possibles durant le mois d’octobre 2020. ABBA est connu pour ses mélodies entraînantes, populaires et fédératrices. Naturellement ce choix s’est imposé car l’Harmonie Ilienkopf a à cœur d’être un vecteur de bonne humeur et par le biais de cette vidéo, avait envie de proposer une parenthèse joyeuse et festive dans une quotidien devenu trop routinier.

De plus, la méthode d’arrangement en cinq voix de cette œuvre se prêtait bien à ce type d’exercice. Car contrairement à un arrangement multi voix, cela évitait le risque d’avoir des voix manquantes au cas où tous les musiciens ne participeraient pas.

Monter un tel projet n’est pas simple car chaque musicien participant au projet joue à son domicile, s’enregistre grâce au matériel personnel dont il dispose (smartphone, camescope, appareil photo…) transmet son enregistrement avec les moyens informatiques dont il dispose (transferts par Wetransfer, whatsApp, Messenger…) et dont la qualité diffère et qu’ensuite il faut assembler tout cela tant au niveau audio que vidéo en essayant d’obtenir la meilleure qualité possible. Et surtout il faut veiller à ce que chaque piste soit bien calée ! Le travail de mixage du son, montage sonore, montage de la vidéo est fastidieux et long, qui a nécessité d’acquérir des compétences nouvelles et d’apprendre à utiliser certains logiciels, mais la qualité de la vidéo de la Société de Musique Ilienkopf prouve que même en étant musicien et monteur vidéo amateur, on peut faire quelque chose d’une belle qualité.

La préparation en amont a nécessité un sacré travail de logistique. N’ayant pas trouvé d’interprétation du morceau choisi sur Internet, il a d’abord fallu créer une « musique témoin », puis y rajouter des indicateurs de tempo et de rythme sur laquelle les musiciens ont pu s’appuyer pour répéter le morceau puis pour s’enregistrer chez eux car en pareil cas, il est indispensable que chacun joue dans le même rythme. La Société de Musique Ilienkopf a pu compter sur les compétences de deux de ses membres : Jean Martin et Ruth avec leur synthé et boite à rythme pour enregistrer la piste de travail.

Nous avons laissé carte blanche aux musiciens quant à la mise en scène de leur vidéo en donnant pour indication d’ajouter une touche humoristique s’ils le souhaitaient, en clin d’œil à notre spectacle « ILIENSHOW » » notre spectacle humoristique de janvier 2020.

Une des musiciennes a utilisé un « fond vert » pour s’enregistrer, un musicien a créé une scénette humoristique, d’autres ont rajouté des mises en scènes, des déguisements et des effets.

L’enregistrement des vidéos a été un exercice quelques-fois stressant pour les musiciens, qui nécessitait plusieurs prises avant d’arriver à l’enregistrement parfait !

Il n’y a aucun play-back sur notre vidéo. Le son qu’on y entend est bien celui enregistré par les musiciens sur leurs appareils enregistreurs.

Ces prestations online permettent aussi de rappeler, combien les musiciens ressentent ce besoin vital d’être ensemble et de s’adresser à des auditeurs et combien ses auditeurs éprouvent le besoin de musique et de culture alors que les pouvoirs publics estiment que la pratique de la musique est non essentielle en cette période de crise sanitaire.

Le travail des musiciens a enfin été récompensé par les réseaux sociaux car après sa publication du samedi 06 février 2021, elle a déjà touché plus de 4.200 personnes, enregistré une centaine de « like », plus de 35 partages et de nombreux commentaires félicitant tous les musiciens et concepteurs pour leur réalisation.